Secrets Marketing
Les secrets marketing des gagnants du web enfin révélés
Login Client :
Insérez l'adresse Email que vous avez utilisé lors de votre commande
  Comment Vendre sur internet  |   Stratégies d'entreprises web  |   Interviews Marketing  |   Forum Privé  |   Conseils Privés  |   Affiliation  |   Blog  |   Déconnection

Si vous voulez 15 ans d’avance…

 

Cher ami,

Je radote souvent. Mes associés et mes clients les plus proches me reprochent de revenir inlassablement sur un point. Ils ont bien raison de le faire d'ailleurs…

Tout autant que j’en ai maintenant de vous casser les oreilles !

Écoutez, si vous voulez 15 ans d’avance en Marketing, vous allez lire 25 fois cette lettre. Ou 50, ou 200 fois. Vous allez la lire autant de fois que nécessaire pour la comprendre, pour pouvoir l’appliquer à la lettre…

Et ne dites pas Didier tu radotes…

Je veux vous raconter une histoire… Je n’en suis pas particulièrement fier, ma copine non plus d’ailleurs. Alors voici…


Pourquoi Didier Bonneville-Roussy, votre gourou du marketing, votre conseiller, votre plus grand ami lorsque vient le temps d’augmenter vos ventes, est incapable de se trouver un job en… MARKETING ?

Jamais j’aurais cru raconter ça un jour. En 2000-2001, tout s’est mis à aller mal. J’avais mon site en anglais, et la descente fulgurante des .com a fait mal à tout le monde, et à moi en particulier. J’étais ruiné. Vraiment, je n’avais plus rien. Ma liste ne valait plus rien, mon site ne valait plus rien. Bref, j’étais désespéré.

Il me restait bien quelques clients qui me permettaient de vivoter, mais mon but était de devenir millionnaire alors, il me fallait de l’argent et une entreprise. Je tombe sur une brillante idée, qui l’est toujours d’ailleurs. Mais qui m’aurait coûté 200 000$ à lancer. Je l’ai appris beaucoup plus tard…

Alors en gars débrouillard, brillant, et que certains qualifiaient déjà de génie du marketing, je me suis dis… "Didier, tu vas te trouver un job en… MARKETING!"

Erreur. Grave erreur !
A l’époque, j’avais travaillé avec presque tous les gros noms du marketing direct et du marketing internet. Des multi-millionnaires, des jeunes hot-shots aussi ambitieux que moi et des vieux de la vieille qui en ont probablement plus oublié que je ne pourrai jamais en apprendre.

Alors je fais une liste de toutes les compagnies sérieuses qui se cherchaient des gars brillant en marketing, ou en communication, des agences de pub et des gigantesques OSBLs (UNICEF, CENTRAIDE, Vision Mondiale), avec l’idée d’obtenir un poste clé !

J’envoie mon CV, qui était somme toute impressionnant, et qui résumaient les résultats obtenus par mes clients en publi-postage et sur internet… Il faisait 15 pages !

Lamentable erreur !
Pas de diplôme… Mais des résultats. Si vous voulez un job, c’est la pire chose à faire. Le mieux c’est des diplômes et aucun résultats, je l’ai appris plus tard. Un sous-fiffre éduqué mais incompétent et sans ambition est toujours 100 fois mieux pour un employeur qui veut garder son job, qu’un jeune hot-shot qui double vos ventes sur un budget aussi serré que les jupes de Britney Spears.

En résumé, voici comment se passait mes entretiens d’embauche :

« Monsieur Bonneville-Roussy, vos réalisations sont impressionnantes et je vois que vous avez acquis une expérience importante dans plusieurs domaines du marketing direct. Dites-moi, comment arrivez-vous faire cela ? »

Réponse : « Je pose à mes clients les même questions que je vous poserais à vous. 5 minutes plus tard vous auriez un plan complet pour améliorer vos résultats… »

« Ah bon et quelles seraient ces questions ? »


 « Quel est votre coût d’acquisition ? »

 « Quel est la valeur à vie d’un client ? »

Rendu là, différentes réactions exprimant les différentes personnalités des interviewers se produisaient. Je dirais que 75% devenaient rouge comme des homards que l’on aurait mis dans l’eau bouillante. Les uns par la colère, et les autres par la honte.

Le reste des interviewers, restaient bouche-bée et faignaient d’avoir tout pigé.

En 3 ans de recherche d’emploi, je n’ai jamais trouvé un responsable du marketing, un seul propriétaire d’entreprise ou un seul comptable capable de répondre à ces questions.

Et quand je dis 0 c’est 0 !

Depuis 12 ans, j’ai dû rencontrer face à face plus de 3000 entrepreneurs, et échanger par internet avec des dizaines de milliers d’autres. Et tous ceux qui ont pu répondre à ces questions étaient soit déjà millionnaire, ou le sont devenus en moins de 10 ans. Je peux les compter sur les doigts de ma main.

Pas 1 entrepreneur sur 10000 ne peut répondre à ces deux questions toutes simples. Et ceux qui peuvent y répondre ont un minimum de 15 ans d’avance sur toutes les entreprises dans cette industrie.


Comment répondre à ces questions :
Quel est votre coût d’acquisition ? Quel est la valeur à vie d’un client ?

M = Montant moyen des transactions
F = Fréquence moyenne annuelle des transactions
R = Nombre d’années de rétention du client
CA = Coût d’acquisition
S = Coût de service moyen

  

COÛT D’ACQUISITION
= (coût publicitaire) / (nombre de clients)

VALEUR À VIE
= ( M x F x R ) – CA – S


Vous avez maintenant 15 ans d’avance sur tous vos compétiteurs !

Je sais, ça semble exagéré… ça semble être une gigantesque hyperbole… Mais ça ne l'est pas !!!

Avant de vous expliquer en quoi ces deux nombres sont si importants, laissez-moi vous continuer ma lamentable histoire de recherche d’emploi.

Un jour, alors que je revenais d’une entrevue d’embauche pour Centraide, un infâme recruteur pour une firme de communication de Montréal me donne un coup de fil. Nous nous étions déjà entretenu face à face.

« Bonjour Didier me dit-il », comme si nous étions de grands amis, « Le président de notre grande firme de communication m’a demandé de vous contacter. ».

J’étais persuadé que j’avais obtenu l’emploi. « Non pas du tout, vous n’avez pas l’emploi, mais mon patron voulait absolument que je vous demande ce que voulaient dire ces deux questions et comment nous pouvions calculer ces deux valeurs ? »

Lorsque je lui ai demandé pourquoi je n’avais pas l’emploi, il m’a simplement répondu de façon pompeuse qu’ils avaient finalement engagé quelqu’un qui sortait tout droit de HEC.

Imaginez-vous… J’étais trop peu qualifié pour obtenir l’emploi mais assez pour leur expliquer l´outil clé qui permet à tout entrepreneur intelligent de dominer son marché.

Je n’ai jamais répondu à ses questions. J’ai été aussi violent verbalement, que je peux l’être. Sérieusement, vous n’avez jamais vu quelqu’un d’aussi créatif pour inventer des insultes, que Didier Bonneville-Roussy en colère. Ils n’auraient jamais su quoi faire de mes réponses de toute façon...



Voici ce que VOUS, vous pouvez faire de ces deux valeurs.

Traditionnellement, en marketing direct imprimé et postal, tout tourne autour du coût d’acquisition. Chaque boîte de vente par correspondance connaît le coût optimal d’acquisition d’un contact. C’est à dire d’un nom et d’une adresse postale. Et toutes les activités de ces boîtes de VPC sont orientées autour d’une seule chose : diminuer ce coût d’acquisition.

On trouve les meilleurs supports publicitaires, les meilleurs fichiers, les meilleures régions, les meilleurs magazines, les meilleurs journaux. On teste différentes publicités, différents bons de commandes, différentes accroches, on teste en split-run lorsque c’est possible et tout ça coûte des centaines de milliers d’euros.

Sur internet, vous pouvez obtenir les mêmes résultats de tests pour 100 fois moins. Avec des revenus moins élevés certes, mais c’est toujours moins risqué.


Utilisez des supports publicitaires qu’aucun de vos compétiteurs ne toucherait avec une perche de 30 mètres.

Combien de vos compétiteurs utilisent le pay-per-clic, la bannière, la publicité dans les newsletters, le positionnement dans les moteurs de recherches, les annonces classées, la publicité dans les magazines, dans les journaux, le publi-postage, le télémarketing, les partenariats, la radio et la télé pour se faire connaître ? Probablement aucun.

Pourquoi ? Parce que selon eux, 11 des ces 12 méthodes de promotion ne sont pas rentables.
Ça c’est quand ils regardent les chiffres fournis par leur comptable, qui ne voit pas plus loin que la rentabilité immédiate.

Mais vous connaissez mieux que ça votre entreprise. Vous connaissez la valeur à vie de vos clients. Imaginez-vous un instant que votre produit d’entrée coûte 27 euros. Et que la valeur totale de vos clients sur la première année de la relation d’affaire soit de 500 euros…

Votre compétiteur veut faire des profits sur ces 27 euros. C’est absolument nécessaire pour lui. Il ne connait pas d’autre façons de procéder.

Il peut s’en tirer avec adwords, il peut s’en tirer avec la publicité par les annonces classées, les partenariats, à la limite il peut s’en tirer avec la publicité dans les magazines et les journaux s’il est extrêmement bon copywriter.

Mais il ne pourra presque jamais rentabiliser les bannières, la radio, la télé et les moteurs de recherches, le publipostage, et le télémarketing. Et encore, cela suppose qu'il a dans son équipe un copywriter de classe mondiale.

Vous, connaissant la valeur moyenne de vos clients, vous vous dites : " Je suis prêt à sacrifier la totalité des profits...", soit 27 euros pour l’acquisition d’un client, tout en sachant qu’au bout de l’année chaque nouveau client me rapportera 473 euros. Admettons que, devos sites web, vous ayez exactement les mêmes taux de conversion de 1%.

Votre compétiteur fait de la pub sur Google. Il mise le minimum, il va chercher 3000 visiteurs par mois.
Ça lui coûte 150 euros et il obtient 30 nouveaux clients.

Imaginons aussi que la valeur à vie des ses clients soit aussi de 500 euros.

Au bout de l’année les ventes de ce mois lui auront rapportés 15000 euros.

Vous misez 0,27 euros par visiteur sur adwords… Vous allez en chercher 9000. Dont 90 nouveaux clients. Au bout de l’année ces clients vous auront rapportés un total de 45000 euros pour un coût de 2430 euros.

Ok écoutez bien ça… pour une première vente rentable votre compétiteur se prive de 30000 euros en revenus supplémentaires ! Parce qu’il ne connaît pas la valeur à vie de ses clients…

Un autre exemple, les partenariats… Votre compétiteur décide d’offrir une minuscule commission de 20%. Il va chercher 50 partenaires qui lui rapportent 500 ventes. Soit des profits de 250 000 euros en bout d’année qui lui ont coûté 2700 euros.

Mais vous, vous êtes prêt à donner une commission de 100%,Vous allez chercher 10 fois plus de partenaire et des plus gros, ceux-ci vous rapportent 6000 clients. Pour des revenus de 3 500 000 euros qui vous en coûtent 162 000 euros et que vous ne payez qu’une fois les ventes conclues. Dans quelle position aimez-vous le mieux être ?


Continuons… Il y a une tonne de gens qui me contactent pour me dire : « Didier, je vends ce super produit, j’ai une super pub, mais je ne sais pas comment augmenter mes profits ...».
Pauvre de vous, si vous m’avez déjà contacter avec une telle question, je vous ai sûrement jeté par terre. Si vous êtes dans cette situation ancrez-vous bien ça dans la tête…



Vous n’avez pas de business !

Ce que vous avez, c’est une promotion, une publicité, une annonce. Mais vous n’avez pas de business. Pourquoi ? Par ce que pour avoir une entreprise entre les mains, il vous faut pouvoir :

  1. Augmenter le nombre de vos clients
  2. ET

  3. Augmenter la taille de chaque transaction
  4. ET

  5. Augmenter la fréquence des transactions

Si vous n’avez pas ces trois éléments en place vous avez une promotion. Et tôt ou tard une promotion ça s’assèche.

Maintenant écoutez bien ceci. Je vois régulièrement des tonnes d’entreprises qui sont rentables mais en très très mauvaise santé.

Les ventes et les profits augmentent chaque année, mais ces entreprises sont tellement malades qu’elle s’exposent à de graves dangers, à la faillite, à la moindre petite turbulence de l’économie.

Je ne parles pas de Crash comme en 2000 ou en 92 ou en 87 ou 73 ou en 29. Non, je parle d’un tout petit vent, suffisant pour que tout s’effondre.


Comment protéger votre entreprise contre les crises économiques ?

De retour à l’exemple des entreprises malades. Comment une entreprise peut-elle être malade et en même temps augmenter ses profits ? Facile, comme ceci...

Une entreprise obtient 270 nouveaux clients cette année. Et ce sont des tonnes de clients hyper-rentables. L’année prochaine elle va en chercher encore 270. Mais elle en perd 200 de l’année précédente. La réalité c’est que cette entreprise n’a pas du tout gagné 270 clients. Tout l’argent qu’elle a mis pour vendre à 270 nouveaux clients, lui en a réellement fait gagner 70.
Les ventes augmentent...

Mais chaque année qui passe l’entreprise perd réellement 200 clients. Le jour où une crise économique la frappe, ses investissements publicitaires ne lui rapportent plus que 70 clients. Le résultat c’est que cette entreprise se met immédiatement à perdre de l’argent et massivement. Elle perd réellement 130 clients par année. Sa publicité n’est plus assez rentable pour remplacer ceux qui partent.

Elle coupe dans la pub… Elle perd maintenant 200 clients par année. L’entreprise fait faillite.

Selon vous combien d’entreprises meurent chaque année pour cette raison ? Des centaines de milliers à l’échelle mondiale.

La solution ? Regarder attentivement le calcul de la valeur à vie d’un client…



Augmentez la fréquence des transactions !

Observez, scrutez, évaluez attentivement votre taux de rétention. Faites tout ce qui est en votre pouvoir pour récupérer les comptes perdus. Poste, e-mail, téléphone, visite d’un représentant.
Ça coûte toujours 10 fois moins cher de vendre à un client qui a déjà acheté qu’à un client qui n’a jamais acheté.

La vérité c’est qu’il n’y a que trois raisons qui poussent un client à partir…


RAISON N°1 : le client n’a jamais été sollicité.

Honte à vous… Si la majorité de vos clients partent de cette façon, achetez-vous un cerveau !

Bon ok, je vous donne le bénéfice du doute : vous ne saviez pas.

Si c’est la raison n°1 pour laquelle vos clients partent, organisez rapidement un mailing e-mail pour un produit ou un service que vous avez à offrir. Pour ceux qui n’ont toujours pas acheté, faites un mailing papier ! Et si ça ne fonctionne pas, appelez-les.

« Bonjour Alain Schenkels,
Hier, Didier me demandait ce qu’il advenait de vous…
Je ne savais pas. Mais je suis certain qu’Alain Schenkels est toujours vivant et fringuant!
Alain ça fait longtemps que nous n’avons pas eu de nouvelles, et on commence à s’inquiéter sérieusement. L’année passée vous avez acheté pour 5000 euros de produits chez nous et cette année plus rien.
Alors, s’il vous plaît peu importe la raison, faites-nous la savoir.
Appelez Didier, il a une surprise dans son sac à surprise pour vous…
1-514-235-72-23
Amicalement,
Lionel Palazzi. »

Une lettre comme ça, c’est irrésistible.


RAISON N°2 : le client est fâché contre vous.

Ces clients sont tellement fâchés contre vous, que dès que vous vous donnez l’occasion de régler leurs problèmes, ils achètent en plus grande quantité, des produits plus chers, et plus facilement que n’importe quel autre client.

« Chère Marie,
Je suis désolé de voir que vous n’avez pas aimé « Comment vendre tous vos produits et services sur internet pour moins de 50 euros en publicité ». C’est dommage je croyais sincèrement que ce cours pourrais vous aider comme il l’a fait pour tant d’autres entreprises.
J’espère que vous avez bien reçu votre chèque de 97 euros. Si ce n’est pas le cas, téléphonez-moi le plus tôt possible au 1-514-235-72-23 .
Beaucoup de personnes me disent que ce qui les déçoient le plus dans ce cours, est que je ne parle pas des moteurs de recherches. Et si c’est votre cas, alors j’ai quelque chose pour vous…
« Comment j’ai obtenu 40000 visiteurs par mois à mon site en moins de 60 jours »
Marie, écoutez bien ça… Mon amie Stéphanie Hétu est une vraie crack du référencement. Elle m’a littéralement jeté en bas de ma chaise la dernière fois que l’on s’est parlé. Ça a duré 80 minutes et elle m’a révélé tous ses secrets en référencement.
Et j’ai tout enregistré!
J’ai mis ça sur CD, que vous pouvez écouter dans votre voiture, sur votre ordinateur ou n’importe quel autre système de son. Je vous offre de vous envoyer le CD à l’essai pour 30 jours. Tout ce que vous avez à faire, c’est d’envoyer un chèque de 77 euros (20 euros de moins qu’à l’habitude). Ce chèque je ne l’encaisserai pas avant 30 jours... le temps que vous vous fassiez une opinion. Si vous aimez, j’encaisse le chèque et tout le monde est content. Si vous n’aimez pas, vous n’avez qu’à retourner le CD et vous ne me devez rien. Je vous retourne le chèque déchiré par la poste.
Voici mon adresse...
Faites votre chèque au nom d’E-Genèse...
Amicalement,
Didier Bonneville-Roussy. »

Ultra efficace… Vous n’avez même pas idée.


RAISON N°3 : le client n’a plus besoin de vos produits ou services.

Ça c’est le problème le plus complexe. Les gens changent, leur situation aussi. Et vous n’avez aucun contrôle là dessus.

Voici comment les récupérer…

« Cher Lionel,
J’ai appris que tu avais vendu ton affaire pour une jolie somme. Je t’imagine très bien sur ton île du pacifique à te prélasser sur la plage accompagné de jolies vénus. Que je t’envie…
Écoute c’est clair que tu n’as plus besoin de mes services…
Mais j’ai un lot de connaissances que je sors de mon chapeau un fois de temps en temps, pour remercier mes super clients…
Alors voici… Il y a quelques années j’ai rencontré un gars qui, bon an mal an, arrivait systématiquement à doubler sa fortune sur les marchés bousier. En tout et pour tout, analyser et effectuer ses transactions lui prenait 30 minutes par mois.
Récemment, il m’a écrit pour me dire qu’exceptionnellement il montait un séminaire pour montrer aux jeunes parvenus comme toi à faire de même. 5000$ c’est le prix que ça coûte pour pouvoir aller te prélasser sur une autre plage des Caraïbes en compagnie de ce gars et d’une dizaine d’autres richissimes comme toi pendant 2 semaines. Et connaissant le gars, ça va être tout un party… J’y serai en compagnie de Stéphanie et je me suis dit que ce serait vraiment con que tu ne puisses pas en profiter maintenant que tu en as les moyens…
Donnes-moi un coup de fil : 1-514-235-72-23
Amicalement,
Didier Bonneville-Roussy. »

Et devinez quoi ? Je me fais une commission sur les entrées de ce séminaire !

Le secret pour rentabiliser les clients qui n’ont plus besoin de vous, c’est de leur recommander une autre entreprise dont ils ont besoin. Et de faire une commission sur ces recommandations.



Si vous saviez…

Écoutez-moi bien, si ce que je vous raconte dans mes newsletters, dans mon cours, sur le forum, dans les e-mails que je vous envoie de temps en temps fonctionne pour moi, vous aurez 10 fois plus de résultats !

Vous vous demandez pourquoi n’est-ce pas?

Simple : J’œuvre dans le marché le plus difficile qu’il y a sur internet, j’ai des compétiteurs qui sont supposés être aussi compétents que moi, qui sont supposés être aussi efficaces, aussi intelligents, aussi ingénieux, aussi imaginatifs que moi pour tout ce qui touche au marketing internet. Bref je ne suis pas supposé avoir aucun avantage sur eux, s’ils savent vraiment vendre.

Et les gens sont cyniques, ils voient des escrocs partout, le marketing internet, comme sujet, rassemble la lie et la crème, et je dois vous dire que la crème est relativement mince. Je me fais menacer de mort, de me faire enculer aussi.

On me demande des subventions, des dons, on me pose 525 000 questions avant d’acheter. Et souvent ceux qui le font, n’ont pas l’argent pour le faire. Il y a des tonnes de gens désespérés qui cherchent la recette miracle, le million en trente jours. On rechigne sur le prix, sur l’arnaque possible, sur ma façon de vendre qui n’est pas tendre et qui fait des jaloux.

Mais ce que je vous donne comme info, peut vous faire dominer TOTALEMENT votre marché très très rapidement. Vos acheteurs sont 100 fois moins cyniques, et vos compétiteurs 100 fois moins compétents que vous. Si je vous dis que ça fonctionne pour moi, c’est que les résultats que vous obtiendrez seront 10 fois plus percutants. Je vous l’assure. Je vais vous dire un secret. Aux Etats-Unis, les gourous du marketing internet se glissent subrepticement dans d’autres activités sans que personne ne le sache. Ça leur coûte moins cher, ils font plus d’argent, ça leur prend moins de temps et le gouvernement ne leur court pas après !

J’ai fait de l’argent dans d’autres domaines, et effectivement, ça allait plus vite, c’était plus facile, moins pénible.

Je ne sais pas ce que vous vendez…

Mais je peux vous assurer que si vous utilisez ce que j’utilise, vous aurez toujours de meilleurs résultats que moi.



Amicalement,

Didier Bonneville-Roussy
Président e-Genèse inc.

P.S. :   Vous savez, Lionel et moi faisons plus de tests que n´importe qui d´autre dans toute la francophonie, et au mois de Septembre, nous avons décidé de partager l´ensemble des résultats de nos tests avec vous.

Pour seulement 39,95€ par mois, vous obtiendrez un volumineux rapport tous les deux mois, qui vous décrira :

Et entre les deux rapports, vous recevrez un Flash info d´une dizaine de pages, qui vous résumera les points clés, les grandes stratégies utilisées et les méthodes que vous pouvez utiliser pour les adapter à votre activité.

Votre entreprise n´est pas différente

Vous savez certaines personnes très étroites d´esprit s´entêtent à me dire que leur entreprise est différente. Que mes principes ne s´appliquent pas à leur bébé. C´est purement et simplement stupide.

Depuis 11 ans maintenant, je travaille avec une dizaine de principes marketing que je vous explique dans la lettre test.

Ces principes, je les ai appliqués avec succès dans plus de 400 industries différentes. Indépendamment de la taille de l´entreprise, des produits ou des services vendus, et des budgets disponibles pour la mise en oeuvre.

Les mêmes stratégies maîtresses ont été appliquées au domaine bancaire, au domaine industriel, à la vente de e-book, à la vente de produits physiques, sur internet, par la poste, par teléphone, à la radio, sur un point de vente.

Votre entreprise n´est pas différente de la mienne ou de n´importe quelle autre entreprise. Oui c´est votre bébé. Mais vous êtes aussi logé à la même enseigne que tous les entrepreneurs de cette planète.

Didier je n´ai pas le temps, les ressources, ni les fonds

Les rapports de tests sont là pour contourner ce problème que toutes les entreprises semblent avoir.

  1. Chaque fois que nous ferons un test, vous saurez exactement ce qu´il a apporté, combien de temps nous avons pris pour le mettre en oeuvre, combien il a coûté et quelles ressources nous avons utilisé.
    Bref vous gagnerez un temps fou. Vous serez en mesure d´évaluer ce que vous appliquerez pour votre entreprise en fonction des posssibilités de gains.
  2. Chaque fois nous vous montrerons quelles sont les ressources clés qui permettent de conduire un test plus rentable et plus rapidement. Ok vous n´avez peut-être pas les mêmes ressources que nous, mais chaque fois nous vous montrerons comment développer ces ressources. Ce que notre client Laurent Morice appelle monter en puissance.
  3. Avec chaque test vous recevrez une procédure pour diminuer les risques. Les risques financiers surtout. L´un de nos derniers tests nous aurais coûté au bas mot 15 000 euros. Nous n´avions pas cette somme. Nous avons réduit le coût à 5000 euros et fait payé 40% de cette somme par un de nos clients. Les 3000 euros manquant ont été absorbé par la création d´un produit. Risque 0, rendement multiple.

Les rapports de tests sont justement là pour vous démontrer par A+B que vous avez plus de ressources que vous ne pouvez imaginer. Que vous pouvez minimiser les risques et maximiser le rendement.

Ces informations sont tellement importantes et tellement puissantes qu´elles ne seront jamais disponibles en téléchargement. Vous recevrez vos rapports par la poste une fois par mois, autour du 15.



Cliquez Ici pour vous abonner aux Rapports de Tests Marketing




3436 Avenue de l'Hotel de ville Montréal, (Québec), H2X3B4, Canada

email : [email protected]

  e-Genèse inc - ©Copyright 2019 - Touts Droits réservés